Comment mettre en place une pédagogie active?

12036470_1055970977800845_2195860488906754528_n.png

« Les méthodes d’apprentissage actives ont en commun de placer les étudiants au centre du processus d’apprentissage. La pédagogie active s’inspire de contextes réels qui sont signifiants pour l’étudiant, ce qui peut augmenter son niveau de motivation en plus de favoriser des apprentissages durables.

Pour en savoir plus, lisez le dossier préparé par Jean Desjardins et Isabelle Senécal, du Collège Sainte-Anne. »

profweb.ca

 

Un enseignant honoré pour avoir mis sur pied la classe du futur, aujourd’hui

lacapitaleppoulin-660x330

« Dans le cadre de son 75e anniversaire, La Capitale rendu hommage à des personnes qui font une réelle différence dans leur milieu. Un grand concours avait été lancé pour dénicher ces perles rares au sein des quatre grands groupes de l’administration publique, soit les ministères, organismes publics ou sociétés d’État, le réseau public de l’éducation, le réseau public de la santé et des services sociaux et le secteur municipal.

Pour le réseau public de l’éducation, la Personnalité des services publics La Capitale est M. Pierre Poulin, enseignant à l’école Wilfrid-Bastien, de la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île à Montréal. »

Écolebranchée.com

Qu’est ce qu’un bon prof ?

obZ6RFy

« À partir de travaux anglo-saxons, le chercheur québécois Clermont Gauthier propose des clés pour un « enseignement efficace », s’appuyant sur une pédagogie explicite. Au passage, il renvoie dos à dos la pédagogie traditionnelle, centrée sur la transmission de savoirs, et les pédagogies « centrées sur l’élève ». »

Sciences Humaines.com

Une pédagogie de la répétition en France

4784651_6_28d0_pascale-pocard-a-tout-d-abord-enseigne-en_9ff4cb8acb8e58ad9c2315f9a07b0a07

« Dans sa démarche, qui suit les programmes, elle limite les moments d’apprentissage à vingt minutes par matière. Pas plus, sinon le cerveau sature. Elle conseille de n’enseigner qu’une notion à la fois, de souligner son utilité et de réinterroger la classe au moins trois fois en deux jours. Car, selon les chercheurs, c’est le nombre de tests qui compte, pas le temps d’étude. Les enfants ne sont pas notés, « pas question de les classer ». Enfin, pour être efficaces, leurs neurones se doivent de décompresser. Place alors à ce qui fait la joie des élèves : les « temps de souffle » de dix minutes chaque demi-journée. Ils jouent aux Kapla, dessinent, bouquinent… »

Le Monde

Les limites d’un cours magistral « traditionnel »…

12107057_884611854908068_4658620162214897577_n

Faits intéressants! (Columbia University)

Lors d’un cours « traditionnel »…
1- …un enseignant prononce de 100 à 200 mots par minute alors que l’élève en entend de 50 à 100 par minute.
2- …les élèves ne sont attentifs que 40% du temps.
3- …les élèves retiennent 70% de ce qui est dit dans les 10 premières minutes et seulement 20% du contenu des 10 dernières minutes.
4- …les supports visuels améliorent la rétention de l’information (de 14 à 38%).